Le navet ultime

Publié le par Saint Epondyle


Je sors à l'instant du visionnage éprouvant  du film Astérix aux Jeux Olympiques (Pathé 2007-2008). Ce film est, je crois, la pire chose cinématographique qu'il m'ait été donné de voir de ma vie. Impossible de rire une seule fois à ce film qui massacre totalement la source dont il s’inspire.

Durant tout le début de ce film, les scènes à rallonge se succèdent, prévisibles à souhait et répétitives dans le style de l’humour à gros sabots très, très lourd. Une amourette à un euro est improvisée sur le scénario original de la BD et le personnage de Brutus (joué magistralement par Benoit Poelvoorde) est parachuté là-dessus avec autant de naturel, de légèreté et de bon gout qu’une couche de Nutella sur une tartine de miel. Ce film est une catastrophe dont l’énorme budget a visiblement été plus utilisé pour payer les cachets des acteurs (dont l’arrivée très dispensable de Zidane, Tony Parker et Amélie Mauresmo à la fin, mais également Francis Lalanne tout au long du film) que celui des scénaristes.

Je vous conseille néanmoins de voir ce film si vous ne l’avez pas déjà fait, uniquement pour contempler l’étendu du désastre humoristique, scénaristique et même visuel ! Les effets spéciaux sont mal intégrés dans le film, les décors et les costumes sont en plastique kitsch et ça se voit à toutes les scènes. La pire scène du film : Brutus prend une potion pour se doper, il revêt donc une combinaison en latex grossière à souhait qui, en se dégonflant, le fait s’envoler comme une baudruche. Mais on est ou là ?

M. Goscinny, qui doit se retourner dans sa tombe, nous manque terriblement dans des moments comme celui ci.

Publié dans [Visionner]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jenny 31/01/2009 10:17

T'as réussi à tenir jusqu'au bout du film ? Vu l'étendu du désastre, c'est un exploit. Je pense que tu peux demander à apparaître dans le livre des records. ^^