Le blues de l'Institut 2

Publié le par Saint Epondyle

Voilà, nous sommes sortis ce soir de l’Institut du quai Frissard en nous disant « Cette fois, nous n’aurons plus jamais de cours à l’IUT ».

Certes, nous devons toujours faire notre challenge la semaine prochaine. Il s’agit en fait de travailler une semaine entière en groupes sur un seul et unique projet. Notre travail consistera à élaborer de A à Z une stratégie de communication pour l’Union Maritime et Portuaire du Havre. Vaste programme, qui se conclura par une soutenance en présence des clients réels, des profs et de tous les étudiants. En gros, environ 100 personnes. Oui, quand même.

Après, nous partirons en stage, chacun de son côté, pendant neuf semaines. Et puis, en guise de dernière épreuve avant la libération ultime, mais un peu regrettée, trois jours de soutenances de stage lors desquels nous présenteront nos mémoires devant profs, étudiants et maîtres de stage.

Et ça sera fini.

Le stress n’est pas encore là et les tensions sont retombées. Les temps sont donc à la nostalgie et aux souvenirs ; préalables nécessaires aux pleurs prévus pour vendredi prochain.


A la mélancolie de quitter l’institut du quai Frissard se mêle le sentiment d’avoir fait ce qui devait être fait. Ces deux années passées du 9 septembre 2007 au 3 avril 2009 m’auront appris plus de choses que mes 7 ans de collège et de lycée.

La vie continue cependant et je tourne, chevelure au vent et œil brillant de détermination, le regard vers mon destin.

To be continued…

Commenter cet article

Alexander 30/03/2009 22:20

La nostalgie ne m'a pas encore atteint toutefois moi meme dans maintenant 48 jours se sera la fin d'un compte a rebours commencé il y a 19 mois... Ce sera pour moi l'heure de l'exile et quitter ma place douillette et les habitudes prises au cours des 5 années passées en centre ville...Je comprend ce que tu ressens c'est le début de la fin, la fin des débuts... Nous nous faisons si vieux Anton si vieux... 

Kaa-chan 28/03/2009 07:32

Mouahahah ! Le stress était tel que je ne t'ai jamais autant dis "ta gueule" de ces deux ans. Rhaa, douloureux ce dernier cours, et aussi le plus looonnng qu'on ait connu. Quoique... Je me fais douter toute seule...Allez, faut que d'ici vendredi prochain, un de nous ait pris des actions chez Kleenex, ça vaut le coup, j'te le dis !