JdR & Management

Publié le par Saint Epondyle


Depuis le 2 Juin et jusqu’au 18, je suis en train de réaliser mon « Tour de France » des Ecoles Supérieures de Commerce (ESC). A chaque étape, je rencontre les étudiants du cru, me fait offrir de multiples objets publicitaires et surtout je passe un entretien de recrutement, durant lequel mon CV est disséqué et ma motivation mise à rude épreuve. Aujourd’hui, j’ai déjà passé Clermont, Nancy-Metz et Dijon ; il me reste à me rendre à Lille, Strasbourg et Marseille avant la semaine prochaine, en comptant un détour par Le Havre, où je soutiendrais mon mémoire de stage (que je dois d’ailleurs rédiger en même temps).

Bref, lors des entretiens de recrutement, qu’ils se déroulent en français, en anglais ou en espagnol, la question du JdR ressort invariablement. Il m’est toujours nécessaire de faire la distinction entre les jeux vidéo et le JdR tel que je le pratique, la confusion étant très vite arrivée.

Or donc, le JdR que je pratique depuis 6 ans est, je crois, un vrai atout dans ces oraux. Je crois que cette activité regroupe quasiment toutes les qualités requise pour entrer dans ce type d’écoles : c’est un loisir créatif, nécessitant de l’organisation et des compétences de gestion de groupe, d’animation de réunions, d’autre part ça peut s’apparenter à la fameuse vie associative des ESC. Surtout, c’est une activité très peu répandue en général, et donc peu de candidats se revendiquent rolistes comme je le fais. Ceci me donne une certaine originalité par rapport à la concurrence ; c’est bien malheureux mais la logique de concours nous demande de nous démarquer.

La difficulté principale réside dans le fait d’expliquer en deux mots au jury le principe du jeu, son application et ses apports sur un profil. Je n’aurai jamais imaginé en commençant qu’un jour, j’utiliserai cette passion pour une candidature. J’ai aujourd’hui la faiblesse de croire que ceci me fait sortir du lot des gens qui disent « j’aime le sport, le cinéma et la musique. ».

Pour les résultats, wait and see.

Publié dans [Chroniques]

Commenter cet article