La machine est lancée

Publié le par Saint Epondyle


Jamais jusque là je n’avais réalisé de scenario sur commande.

Réunis hier à l’occasion d’une fête païenne durant laquelle des buchers ignominieux et des idoles blasphématoires furent érigées et embrasées sous les « Iä ! Iä ! » d’une foule crédule et innombrable, massée autour du bucher allumé par une troupe de grotesques figures à têtes de poissons claudiquant et trébuchant comme une foule de goules stupides et aveugles, nous dissertâmes JdR. Or Zouz et Alexander ayant visiblement préparé leur lobby dans le but de m’amener à préparer une partie d’un type précis, du jeu l’Appel de Cthulhu, amenèrent le sujet sur leur « partie parfaite ».

Il y a encore peu de temps, j’aurai été très réticent à l’idée de réaliser une partie sur les suggestions des joueurs, de peur d’y perdre une certaine indépendance dans la préparation. Aujourd’hui, je suis non seulement partant pour faire cette partie, mais également très content que mes joueurs me l’aient proposé. Je me sens flatté par le fait qu’ils me fassent confiance pour écrire et réaliser leur partie rêvée dans ce jeu. Cette grosse responsabilité qui m’échoie, je compte bien m’en montrer digne, en écrivant le meilleur scenario possible, et pour le moment cela me semble bien parti.

Aujourd’hui, ma conception du jeu est nettement plus collective qu’avant. Loin est le temps ou le Meujeu tout puissant fait un scenario qu’il ne reste plus aux joueurs qu’a apprécier. A présent, je considère que si mes joueurs veulent une partie d’un type précis, et s’ils me laissent la marge de manœuvre nécessaire à la réalisation de ma partie, je n’ai aucune raison de leur refuser, bien au contraire, j’ai même un certain devoir de les exaucer.

J’étais justement en train de penser à une partie, dans le but d’en faire un one-shot vers le début Juillet. Ce souffle nouveau me transcende et c’est désormais une partie en quatre chapitres que je suis en train de préparer, sur le même thème de base, que je ne citerais pas pour le moment au vu des oreilles sculptées grotesquement comme autant de fétiches sacrilèges sur les murs cyclopéens et défiant toutes les lois de la gravité, de la raison, de la perspective, de la géométrie, des mathématique, de la physique et de toute pensée fondée sur une cohérence quelconque.

Dès lors, la machine est lancée. J’ai en tête le meilleur scénario que j’ai voulu organiser depuis très longtemps. Les vacances arrivent juste à temps, juste pour me permettre de rédiger les premiers chapitres, et de commencer cet été comme prévu.

Plus que jamais, et autant que rarement, Iä ! Iä ! Shub Niggurath !

Publié dans [Chroniques]

Commenter cet article