[Film] The Wolfman

Publié le par Saint Epondyle

http://justpressplay.today.com/files/2009/10/the-wolfman-2010.jpg

[SPOILER]
Généralement, je vais plus au cinéma quand il y a moins de films que j’attends à l’affiche. Si la pertinence de la démarche est clairement à revoir, les observations sont pourtant formelles. Ainsi, c’est par défaut que nous choisîmes d’aller voir Wolfman cette semaine avec Fosty.

N’attendant rien de particulier de ce film, nous n’avons donc par été déçus de ne rien y trouver de spécial mais bien un relativement bon film de loup garou ne misant ni sur l’ambiance, ni sur le scénario, ni sur les personnages ni même sur les effets spéciaux. En réalité, le film flirt entre les styles de cinéma sans inventer le sien propre et sans en trouver un qui lui conviendrait, à mi chemin entre le film d’aventure avec les scènes de course-poursuite dans une Londres reconstituée pour l’occasion, le film d’horreur avec quelques steaks hachés copieusement étalés devant la caméra et plusieurs passages sculptées de manière à faire sursauter le pauvre spectateur – stratagème déplaisant pour ledit spectateur et inutile pour l’intrigue et l’ambiance du film, et qui par là même mériterait d’être coupé au montage - et le film d’atmosphère avec une nuit et un crachin permanents ainsi que quelques belles demeures reconstituées de l’époque victorienne, et des personnages bien rendus mais pas aussi bien que dans un Sleepy Hollow par exemple.

Bref, le résultat final est un film qui se cherche un peu et qui n’offre ni une réelle fin, ni une réelle ouverture, sur un combat final entre le père et le fils, qui arrive un peu comme un cheveu sur un bouillon de soja nature, tiède et pas assez salé. Les têtes d’affiche que sont Benicio Del Toro, Antony Hopkins et Hugo Weaving ne rattrapent pas grand-chose et auraient fort bien pu être absents si leur présence n’avait pas été un argument de financement de l’œuvre.
Les points positifs existent, avec une mention spéciale à la bande originale de Danny Elfman, aux décors et aux costumes, néanmoins un film qui base toute son efficacité cinématographique sur le réchauffage au four à micro-ondes de vieilles recettes de type « Je sursaute ! Ah, ouf, c’était le chien. Mais non ! Je sursaute de nouveau ! » ne peut pas rester dans les annales.

Publié dans [Visionner]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article