Le Cimetière



Lorsque tu dormira, ma belle ténebreuse,
Au fond d'un monument, construit en marbre noir,
Et lorsque tu n'aura pour alcôve et manoir,
Qu'un caveaux pluvieux, et qu'une fausse creuse ;

Quand la pierre, opprimant ta poitrine peureuse,
Et tes flancs qu'assouplit un charmant nonchaloir,
Empêchera ton coeur de battre et de vouloir,
Et tes pieds de courir leur course aventureuse,

Le tombeau, confident de mon rêve infini,
(car toujours le tombeau comprendra le poëte),
Durant ces grandes nuits dont le somme est banni,

Te dira : "Que vous sert, courtisane imparfaite,
De n'avoir pas connu ce que pleurent les morts ?"
- Et le vers rongera ta peau comme un remord.


- Charles Baudelaire, Remords Posthume

 




angel LE SOLDAT INCONNU angel 
Pour tous ceux qui se sont battus pour ce en quoi ils croyaient,
pour tous ceux dont l'histoire ne retiendra pas le nom, 

PUISSENT LEURS ÂMES TROUVER LA LUMIERE
repose in peace
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :